Le guide de votre bien-être à domicile

Biothérapie

Actualités

Le secukinumab : la nouvelle molécule qui pourrait soigner la spondylarthrite ankylosante

La spondylarthrite ankylosante affecte environ cinq millions de personnes en Europe. Comme tout rhumatisme, cette maladie inflammatoire se traduit par des douleurs et une perte de souplesse des articulations. Chronique et évolutive, elle conduit à un enraidissement (rigidité) progressif de ces dernières (dont font partie les vertèbres), d’où l’adjectif « ankylosante ». Une affection difficile à soigner, d’autant plus que l’inflammation persistance détruit à terme le cartilage des articulations.
L’arrivée d’une nouvelle molécule pourrait bien représenter un solide espoir dans le traitement de la spondylarthrite ankylosante. Le secukinumab, un anticorps aux propriétés anti-inflammatoires (dirigé contre l’interleukine 17A), a démontré, en effet, un potentiel thérapeutique prometteur. Son bénéfice a été mis en évidence à travers deux essais cliniques, menés par des chercheurs du centre clinique de rhumatologie et d’immunologie (Université d’Amsterdam). Les détails de ces études, qui ont concernés près de 600 patients au total, ont été publiés dans la réputée revue scientifique anglo-saxonne, The New England of Medicine Journal.
Concrètement, les deux essais cliniques ont montré que l’injection intraveineuse de secukinumab par rapport à un placebo était efficace pour diminuer les symptômes de la spondylarthrite ankylosante. Après quatre mois, tous les patients traités par l’anticorps ont indiqué une amélioration de leur condition et, ce, à des taux bien supérieurs au placebo : de 41 % à 61 % de mieux, contre 28 %. De bons résultats qui se sont maintenus jusqu’à un an. Dernier point positif : le traitement a été bien toléré dans les deux études, avec un profil de sécurité satisfaisant.
L’ensemble des données obtenues place donc le secukinumab comme une option thérapeutique sérieuse pour soulager les patients atteints de spondylarthrite ankylosante.

La biothérapie : un complément efficace pour la polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est le plus fréquent des rhumatismes inflammatoires chroniques. Il s’agit d’une maladie autoimmune (liée à un dérèglement du système immunitaire), dans laquelle l’inflammation est dirigée contre la membrane synoviale qui tapisse les articulations, le plus souvent celles des mains et des pieds.
Elle se manifeste d’abord par des douleurs articulaires associées à un enraidissement matinal et un gonflement. La polyarthrite rhumatoïde (PR) évolue par poussées inflammatoires. Non traitée, elle entraîne la déformation et/ou la destruction des articulations. Le diagnostic repose sur des arguments cliniques, biologiques et d’imagerie. Il doit être précoce pour éviter des séquelles articulaires irréversibles.
La biothérapie agit sur le système immunitaire et on l’administre lorsque la maladie est toujours active malgré un traitement de fond bien conduit pendant trois mois. Ils sont alors souvent associés à des corticoïdes. Plus la poussée inflammatoire est sévère, plus on fait appel à la biothérapie.
Plusieurs classes de biomédicaments sont disponibles, ce qui permet d’administrer le plus efficace pour un patient donné. Sur les huit aujourd’hui utilisés, cinq sont des anti-TNF, dirigés contre le Tumor Necrosis Factor produit par les macrophages* articulaires.
L’excès de TNF déclenche une cascade d’effets infl ammatoires néfastes pour les articulations, avec destruction de l’os et dégradation du cartilage. Les autres molécules ont pour cibles certains globules blancs, ou encore un récepteur présent à la surface des cellules immunitaires.
Cependant, la biothérapie diminue les défenses immunitaires, elle n’est pas indiquée pour les personnes présentant un terrain infectieux, souffrant d’un déficit immunitaire ou ayant eu un cancer au cours des cinq dernières années.

Médicaments biologiques : un enjeu financier énorme sur le marché des médicaments

Les médicaments biologiques ont pris leur essor avec l'avènement des biotechnologies. Contrairement aux molécules de synthèse traditionnelles fabriquées par voie chimique, ils proviennent de cellules vivantes qui sont reprogrammées par génie génétique. Leur succès a été rapide. Selon le cabinet de recherche Evaluate Pharma, les ventes de biothérapies se sont envolées de 78 milliards de dollars en 2006 à 179 milliards en 2014, et elles devraient flirter avec les 300 milliards en 2020, pour représenter près d'un tiers du marché pharmaceutique mondial.
Au sein de cette nouvelle génération de produits, les anticorps monoclonaux (anticorps issus d'un clone de cellules immunitaires) destinés au traitement du cancer et des maladies auto¬immunes (sclérose en plaques, arthrite rhumatoïde…) se sont octroyé la part du lion. Les protéines recombinantes (facteur de coagulation contre l'hémophilie, insulines contre le diabète, hormones de croissance) et les vaccins sont également des catégories importantes.
Ils se distinguent aussi des médicaments traditionnels par des prix très élevés (entre 5.000 et 50.000 € par an le traitement). En effet, ces grosses molécules de structure complexe sont sensibles à toute variation de leur processus de production (culture des cellules en bioréacteurs, réfrigération, filtrage…), qui est très coûteux. La plupart de ces traitements innovants proviennent des acteurs de la biotechnologie.
Les laboratoires pharmaceutiques ont donc fait leur marché en rachetant ces sociétés. Roche s'est offert Genentech, à l'origine des premiers anticorps monoclonaux anti-angiogéniques (ils font régresser la vascularisation tumorale), Sanofi a jeté son dévolu sur Genzyme, et AstraZeneca sur MedImmune, etc.

Lupus : le traitement par biothérapie de plus en plus prometteur

La prise en charge du lupus systémique repose sur une double stratégie: un traitement de fond de la maladie chronique pour calmer l'activité du système immunitaire et, pendant les poussées, une riposte graduée selon le type et la gravité de l'atteinte.

Le traitement de fond pour tous, quelle que soit la gravité de la maladie, repose sur un médicament développé dans un tout autre but, l'hydroxychloroquine (Plaquénil), un antipaludéen de synthèse. «C'est le traitement de référence. Son mécanisme d'action est encore mal connu, mais les patients sous hydroxychloroquine ont moins d'atteintes viscérales, une meilleure survie, moins de poussées et des effets métaboliques bénéfiques», insiste le Pr Hachulla. C'est un traitement prolongé, qui va durer au moins cinq ans.

Le traitement des poussées est plus différencié. «Outre le Plaquénil, les formes mineures cutanées sont traitées par des corticoïdes locaux et, si besoin, par des immunosuppresseurs comme le méthotrexate ou la thalidomide, les atteintes rhumatismales par de petites doses de corticoïdes et éventuellement du méthotrexate. Les rhumatologues prescrivent souvent aussi des anti-inflammatoires non stéroïdiens, mais ils sont photosensibilisants et parfois mal tolérés, explique le Pr Amoura.

Les atteintes de gravité moyenne et celles des séreuses répondent très bien à la prednisone à dose moyenne. Le traitement des atteintes rénales repose sur les corticoïdes et l'utilisation prolongée (au moins deux ans) d'autres immunosuppresseurs, cyclophosphamide ou mycophénolate mofétil (Cellcept), en essayant de réduire au maximum les corticoïdes et les immunosuppresseurs après la poussée. Quant aux atteintes neurologiques ou psychiatriques, elles peuvent être de gravité variable, et leur prise en charge doit vraiment relever de centres experts.»

Lupus : la biothérapie contre les formes graves

Le lupus qui est une maladie auto-immune et inflammatoire est lié au dysfonctionnement des défenses immunitaires, qui se retournent contre l’organisme. Le nom Lupus est tiré d’une éruption cutanée sur le visage en forme de masque appelée ‘loup’ du latin lupus. En général, la patient a des cicatrices inesthétiques au niveau de la peau (visage, décolleté, mains) et ressent des douleurs articulaires. Il y a différentes sortes de lupus comme le lupus érythémateux, disséminé (LED) ou systématique (LES). Certains facteurs comme la prédisposition génétique, un dérèglement hormonal ou une trop forte exposition au soleil ou le tabac peuvent aggraver les symptômes.

Selon le Professeur Zahir Amoura, chef de service à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière, les malades vivent plus longtemps et développent des complications que l’on n’avait pas le temps de voir apparaître auparavant. Ils sont davantage sujets aux maladies cardiovasculaires que la population générale. Ce sur-risque semble imputable à la fois au lupus en lui-même et aux effets secondaires des traitements. La bonne santé cardiovasculaire des patients doit donc être surveillée, tout comme la toxicité des nouveaux remèdes.

Il a aussi ajouté que Depuis quelques années, la biothérapie est un axe de recherche important dans la lutte contre les formes graves de lupus systémique. Une biothérapie a une action ciblée dirigée contre un acteur biologique de la réponse immunitaire. Cette cible peut être une cellule, comme le lymphocyte B, ou une cytokine, comme l’interféron. Pour l’heure, seul le belimumab – biothérapie dirigée contre un facteur de croissance des lymphocytes B – est disponible en France depuis 2011. Mais 25 molécules de cette classe font actuellement l’objet d’essais cliniques auxquels participe activement le centre de la Salpêtrière. De nouveaux médicaments devraient ainsi être disponibles dans les trois ans à venir.

Genopole : le premier biocluster français consacré aux Biothérapies et à la recherche en génétique

Genopole est le premier biocluster en France. Créé en 1998, il est basé à Evry/Corbeil-Essonnes (Essonne). Le projet Genopole voit le jour avec la mobilisation de l’Etat, de la Région Ile-de-France, du Département de l’Essonne et de l’Association française contre les myopathies (AFM-Téléthon).

L’objectif de Genopole est de créer un biocluster français consacré à la recherche en génomique, génétique et aux biotechnologies à l’image des campus américains. C’est le premier en France. Le centre réuni sur le même site des entreprises innovantes de haute technologie en sciences de la vie, recherche publique et privée et formations universitaires. Aujourd’hui, le biocluster rassemble 80 entreprises de biotechnologies, 19 laboratoires académiques de recherche, 21 plateformes technologiques mutualisées et tout cela dans 91 649 m² de parc immobilier. Genopole a déjà levé plus de 368,2 millions d’eurors grâce à ses entreprises et a créé plus de 2245 emplois. Depuis sa création, 147 sociétés ont été accompagnées par Genopole et lance toujours un concours Genopole entreprise.

Les voyageurs « particuliers », cibles des nouvelles recommandations aux voyageurs

Parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire du 4 juin 2013, l’édition 2013 des Recommandations aux voyageurs du Comité des maladies liées aux voyages et des maladies d'importation (CMVI) et du Haut Conseil de la santé publique (HCSP) met l’accent sur les voyageurs « particuliers », une catégorie constituée par les malades chroniques, les patients immunodéprimés, les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les pèlerins.

Dans l’éditorial consacré à ces recommandations, Eric Caumes, Président du CMVI rappelle que le terrain et le but du voyage augmentent les risques pour ces voyageurs particuliers et il vaut mieux miser sur les précautions.

Gros plan sur les voyageurs immunodéprimés

Si les mesures concernant les bébés et les femmes enceintes sont les mêmes que ceux de l’édition précédente, les recommandations 2013 visent surtout les patients immunodéprimés comme les victimes de VIH. Parce que la qualité de vie de ces malades est améliorée, le spectre de l’immunodépression s’élargit de plus en plus. Les spécialistes parlent aujourd’hui des transplantés d’organes, des malades du VIH, des sujets de biothérapie et de corticothérapie.

Nouvelles recommandations du Comité technique des vaccinations ou CTV

Selon les termes du texte, tout état d’immunodépression contre-indique l’administration de vaccins vivants comme celui contre la fièvre jaune ou le BCG. Les autres vaccins ne sont pas concernés.

Attention aux interactions médicamenteuses

Lors du voyage, les malades doivent doubler de vigilance au niveau des interactions médicamenteuses entre le traitement de fond et les médicaments pris lors du voyage. Par exemple, le paludisme hausse la charge virale des victimes de VIH et pourraient accélérer la progression de la maladie.

Les seniors de plus de 65 ans

Une visite médicale s’impose pour les personnes âgées de plus de 65 ans victimes de maladie chronique. Cette démarche aidera entre autres à calculer la fréquence des pathologies chroniques, mesurer la baisse des capacités d’adaptation physiologique et prévenir la déshydratation.

Gros plan sur les évolutions technologiques en cancérologie

Avec la hausse constante du nombre de victimes du cancer, l’OMS prévoit 13,1 millions de décès par an en 2030. Pour y faire face, les spécialistes ne cessent d’améliorer les stratégies thérapeutiques et au lieu de passer par l’ablation des organes ou la destruction des cellules malades, les méthodes innovantes visent directement le fonctionnement de la cellule et son environnement immédiat.

Le cancer

A cause d’altérations génétiques ou épigénétiques, les systèmes de division cellulite sont déréglés et la cellule normale se change en cellule tumorale. Ce phénomène se multiplie à grande vitesse pour former une tumeur. Le cancer est également issu d’interactions entre les propres facteurs génétiques du malade et les agents cancérogènes extérieurs physiques (rayonnement ultraviolet), chimiques (tabac, amiante), biologiques (infections à cause de virus, parasites ou bactéries). Parce que nos défenses naturelles sont incapables de faire face au cancer, il a fallu élaborer des stratégies thérapeutiques comme la chimiothérapie qui détruit la cellule cancéreuse.

Des thérapies ciblées

Pour Pierre Cordelier, directeur de recherches à l’INSERM et membre du programme Oncopole, les thérapies précises s’efforcent de « remettre la cellule au centre du débat » et changer la donne avec la chimiothérapie uniquement concentrée sur la chimie et non sur la connaissance de la cellule. Pour les experts, il vaut mieux se concentrer sur la cellule tumorale afin de savoir pourquoi une cellule active le cancer.

La biothérapie ciblée

Au même rythme des thérapies ciblées travaillant actuellement sur plus de cinq cents molécules, les biothérapies ciblées avancent en renforçant, modifiant ou détournant le rôle habituel de produits naturellement visibles dans l’organisme. Par exemple, les hormones serviront à détruire les cancers hormono-dépendants du sein ou de la prostate en rétablissant le fonctionnement cellulaire normal.

Outre ces méthodes, les spécialistes en oncologie utilisent désormais des innovations technologiques prometteuses comme le NanoXRay de Nanobiotix conçu pour faire absorber aux cellules tumorales de l’oxyde d’hafnium, le clonage d’anticorps pour activer les défenses immunitaires, l’utilisation de nanomédicaments et de nanorobots, le développement de thérapies géniques et l’étude du microenvironnement du cancer.

Gros plan sur les dernières recherches en traitement du cancer du foie

Parue dans la revue britannique Nature Medecine, une étude américaine a permis de créer un virus modifié destiné à améliorer la qualité de vie des victimes de cancer du foie au stade terminal.

L’expérience

Durant toute la durée de l’expérience, seize patients victimes de carcinome hépatocellulaire (CHC, ou hépatocarcinome) ont été soignés par de fortes doses de virus (ou JX-594), un virus créé par la société américaine de biothérapie Jennerex. Comparé aux 14 malades qui ont été soignés par des doses moins importantes, les premiers patients sont restés en vie 14,1 mois contre 6,7 mois en moyenne pour le deuxième groupe. En tant que coauteur de l’essai, David Kirn insiste sur le fait que « c’est la première fois dans l'histoire de la médecine qu’ils ont pu montrer qu'un virus issu du génie génétique pouvait améliorer la survie de patients atteints du cancer ».

Une avancée considérable

Depuis 30 ans de traitement du cancer, la chimiothérapie n’est pas efficace contre la plupart des tumeurs solides dès qu’il y a production de métastases. Ici, le virus Pexa-Vec conçu avec du virus de la vaccine agit en multipliant et en détruisant les cellules cancéreuses. Il intervient également en renforçant le système immunitaire du malade.

De son côté, l’entreprise Jennerex affirme dans son dernier communiqué que les résultats de l’essai garantissent que ce traitement agit en réduisant la taille de la tumeur tout en haussant l’espérance de vie des patients. De plus, les effets secondaires sont de courtes durées, transitoires et tout à fait gérables : symptômes de type grippal.

En guise de rappel, la société française de biotechnologies Transgene collabore depuis 2010 avec Jennerex dans le cadre du développement du Pexa-Vec et sa vente exclusive dans toute l’Europe, le Moyen-Orient et l’ex-URSS.

Progéria : un nouveau traitement en vue

Jusque là incurable, la Progéria est la maladie des enfants qui subissent un vieillissement prématuré. Dans le domaine scientifique, les recherches sur la maladie ont permis de mettre en place des traitements essentiels dans l’amélioration de la vie des patients ou dans la création de produits cosmétiques comme le sérum anti-vieillissement. Récemment, des spécialistes français ont établis des études sur deux principes actifs qui peuvent réduire l’acide gras et améliorer le traitement de la maladie rare.

Il s’agit de la pravastatine (statine, molécule indispensable pour prévenir les dépôts graisseux dans les vaisseaux) et le zolédronate (amino−bisphosphonate, médicament qui permet de ralentir et corriger le processus d’ostéoporose), des molécules qui inhibent ou bloquent la toxicité de la progérine.

Les déroulements de l’expérience

Durant le test de ces molécules sur les rongeurs, les cobayes victimes d’une anomalie génétique comme la Progéria ont rallongé leur espérance de vie : 179 jours contre 101. Ces résultats font déjà l’objet d’un protocole de biothérapie de 3 ans qui concerne 15 enfants européens victimes de Progéria. Même si la guérison n’est pas encore effective, ces jeunes patients bénéficient déjà d’une meilleure condition de vie et d’une plus longue longévité. Durant la création de ce nouveau traitement, les chercheurs ont réussi à créer le « Neo Stem », un nouveau produit cosmétique anti-vieillissement à base de pravastatine et de zolédronate.

Un produit anti-âge miraculeux

Sous l’effet de la progéria, les cellules créent énormément de progérine, une protéine abimée qui affecte les cellules souches du noyau cellulaire. Cela entraine une gêne de la division et inhibe la récupération cellulaire. Mais dans la peau, la progérine change la production de collagène, d’élastine et d’acide hyaluronique. Ce phénomène est identique au processus de vieillissement normal. Ainsi, les actifs du « Neo Stem » retardent le vieillissement et réactivent les protéases, des enzymes qui nettoient les cellules et stimulent leur renouvellement.

AFM : lancement de l’Institut des biothérapies des maladies rares

Dans le but de réussir la transition de la recherche à la clinique, fédérer les compétences et les expertises et attirer de nouveaux partenaires et financements, l’Association française contre les myopathies ou AFM procède au lancement officiel de son Institut des biothérapies des maladies rares ce 27 septembre 2012 lors du colloque ouvert par Geneviève Fioraso, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche.

Grâce aux dons du Téléthon, l’Institut permet déjà à quelques 650 experts des maladies rares d’exercer depuis plusieurs mois tandis que la première convention scientifique du mois de mai a vu la participation de 70 chefs d'équipe rassemblés pour étudier les premiers investissements communs indispensables pour l’octroi des outils technologiques de pointe. Cette réunion a aussi permis la mise en place de cellules mutualisées consacrées au développement clinique, aux affaires réglementaires et à la valorisation.

Pour une culture de recherche translationnelle

En son statut de présidente de l'AFM-Téléthon, Laurence Tiennot-Herment confirme : « Aujourd'hui nous devons passer de la recherche au développement, de la paillasse à la validation clinique. Ce changement nécessite que les équipes s'inscrivent dans une démarche translationnelle. Or en France, le fonctionnement en silo prédomine. Dans le cas des maladies rares et des biothérapies, il faut faire sauter ces silos et avoir une vision globale. ». Pour l’Institut des biothérapies, cette culture est primordiale vis-à-vis des chercheurs.

En termes de défis, l’Institut entend changer la vision actuelle des pathologies et développer des biothérapies en créant de nouveaux matériels capables de modifier l’échelle pour la production des traitements de thérapie génique ou cellulaire, et ainsi réfléchir à de nouveaux schémas d'études cliniques qui apporteront des preuves d'efficacité sur des effectifs peu nombreux.

Véritable pionnier dans le domaine des maladies rares, l’AFM-Téléthon a accueilli le comité exécutif de l'International Rare Diseases Research Consortium (IRDiRC) les 25 et 26 septembre, à Evry. Une opportunité pour les membres de faire la connaissance du Généthon-Bioprod, outil de production en grade clinique de produits de thérapie génique.

Polémique : une nouvelle maladie proche du Sida découverte en Asie

Dans le New England Journal of Medicine du 23 août 2012, des spécialistes américains des National Institutes of Health ont prouvé l’existence d’une nouvelle maladie en Asie. Parmi les auteurs de la recherche qui a amené à cette découverte, K. Browne explique : « Leur système immunitaire agresse en quelque sorte l’organisme au lieu de le défendre. Ils deviennent alors particulièrement sensibles aux risques infectieux. Au même titre également que ceux atteints par le VIH, ils sont davantage exposés aux maladies opportunistes, comme la tuberculose. »

Suite à la polémique engendrée par cette trouvaille, l’Organisation mondiale de la Santé ou OMS préfère garder une certaine distance : « Nous avons vu les articles. Nous suivons la situation mais sans plus… Nous n’adoptons aucune position pour le moment. ». Du côté des spécialistes de la santé, le professeur Marie-Lise Gougeon, Chef de l’unité Recherche et Expertise, immunité anti-virale, Biothérapie et Vaccins de l’Institut Pasteur de Paris « arrête ici la comparaison entre les deux pathologies. La déficience immunitaire est en effet leur seul point commun. La maladie qui touche l’Asie n’est pas transmissible. Elle n’est pas due à un virus. C’est une maladie auto-immune. ».

Une maladie rare

En insistant sur le caractéristique très rare de cette nouvelle maladie, le professeur Gougeon confie : « Nous ne savons pas pourquoi seule l’Asie est touchée. Quoiqu’il en soit, certains patients semblent avoir bien répondu au traitement antibiotique. La prochaine étape sera de déterminer si la maladie est retrouvée dans d’autres parties du globe. Les chercheurs du NIH ont déjà identifié des porteurs sur le continent américain, tous d’origine asiatique. Mais là encore, on ne sait pas pourquoi cette population est particulièrement touchée. Quoiqu’il en soit, il semblerait que nous ayons affaire à une maladie rare. ».