Le guide de votre bien-être à domicile

Biothérapie

Autres applications thérapeutiques et maladies traitées par les biothérapies

femme docteur

© Yuri Arcurs - iStockphoto

Si les biothérapies connaissent actuellement un franc succès dans le traitement de nombreuses maladies des articulations, elles ouvrent de réelles perspectives dans d’autres domaines. Quelques applications possibles sont source d’espoir pour de nombreux malades.
  1. Biothérapies et immunologie
  2. Le cancer et les biothérapies

Biothérapies et immunologie

Certaines maladies ont pour conséquence l’affaiblissement d’une ou de plusieurs fonctions du système immunitaire. L’organisme est alors plus vulnérable à diverses pathologies comme les otites à répétition, les sinusites et autres fièvres. Les infections peuvent résulter de processus infectieux ou avoir des origines génétiques. Les immunoglobulines qui servent à notre défense ne sont plus produites en quantité suffisante. Les biothérapies interviennent ici en proposant des traitements de protéines de substitution. En temps normal, les immunoglobulines se fixent sur l’agent pathogène pour le rendre inactif. Les biothérapies permettent ainsi de soulager les malades souffrant de déficiences en IgG, en IgA, les hommes souffrant de la maladie de Bruton et d’autres déficits immunitaires encore. Réel espoir pour les nouveaux nés souffrant de déficit immunitaires combinés sévères dont l’espérance de vie ne dépasse pas quelques mois, les biothérapies sont une opportunité vitale pour ces « enfants bulle ».

Biothérapies et hémophilie

Défaut de coagulation d’origine héréditaire, l’hémophilie provoque des saignements fréquents chez les malades. SI la gravité de la maladie est très variable selon les individus, l’origine est toujours la même. Cela permet d’envisager un traitement, simple dans la théorie, qui vise à administrer le facteur de coagulation manquant dans l’organisme. Ces médicaments vivants sont produits, soit à partir de plasma sanguin, soit par génie génétique.

Le cancer et les biothérapies

Sans être considérées comme des alternatives aux traitements contre le cancer, les biothérapies peuvent, d’une part, prévenir certaines pathologies de ce type et, d’autre part, se révéler un soutien dans le vécu de la maladie. Jamais cependant, elles ne doivent être suivies contre un avis médical ou sans en avoir référé au cancérologue qui suit le patient. Les biothérapies utilisées dans le traitement des cancers s’inscrivent dans la lignée des immunothérapies. Si à l’origine cet axe de recherche avait envisagé pouvoir créer un vaccin contre le cancer, la thérapie génique s’attèle depuis les années 1980 à mieux armer les lymphocytes contre les cellules cancéreuses. Ainsi, la maladie se développe moins vite. Autre voie de recherche et d’espoir : les rétinoïdes sont des produits de la biothérapie qui pourraient permettre de rééduquer certaines cellules.

Psoriasis et biothérapies

Les plaques rouges qui grattent et qui démangent sont les symptômes d’une maladie inflammatoire chronique : le psoriasis. La médecine a aujourd’hui énormément progressé dans sa connaissance de la pathologie et, comprenant mieux ses mécanismes, est à même de proposer des traitements plus efficaces que par le passé. Le psoriasis est donc un dysfonctionnement du système immunitaire. Certains lymphocytes, dans le cas de cette maladie, attaquent la couche cornée de la peau. Fonctionnant selon les mêmes principes que les maladies rhumatismales, le psoriasis peut donc être traité de façon semblable par les anti TNF alpha. Un réel succès a été observé sur les cas les plus sévères. Toutefois la méthode n’est employée par les médecins qu’en cas d’échec des méthodes traditionnelles, compte tenu du coût des biothérapies et du relatif manque de recul sur leurs effets à long terme.